Aller au contenu principal
Menu.
  • A-
  • A
  • A+

Des chercheurs de l'IPBS ont publié dans Molecular Cell, une avancée majeure dans l'identification d'une nouvelle cible thérapeutique potentielle dans le bacille de la tuberculose.

AdobeStock_200411005.jpg

La tuberculose tue encore près de 2 millions de personnes chaque année dans le monde, et de nouveaux traitements sont nécessaires en complément du traitement antibiotique actuel.

 

Claude Gutierrez dans l'équipe d'Olivier Neyrolles à l'IPBS a découvert un nouveau système "toxine-antitoxine" dans le bacille de la tuberculose, Mycobacterium tuberculosis. Dans ce système, la toxine MbcT tue le bacille si elle n'est pas neutralisée par l'antitoxine MbcA. En collaboration avec les groupes de Matthias Wilmanns (EMBL, Hambourg, Allemagne) et Luiz de Carvalho (The Francis Crick Institute, Londres, Royaume-Uni), les chercheurs ont découvert que le MbcT dégrade le NAD+, une petite molécule essentielle à la vie, par une réaction enzymatique sans précédent, la phosphorolyse NAD+. Lorsqu'il est induit artificiellement pendant l'infection, le MbcT peut tuer M. tuberculosis avec la même efficacité que d'autres médicaments antimycobactériens. Cette découverte ouvre la voie à la recherche de nouveaux composés antituberculeux capables de disloquer le complexe MbcT-MbcA ou de dégrader le MbcA, ce qui devrait entraîner la libération de MbcT dans le cytosol mycobactérien.