Aller au contenu principal
Menu.
  • A-
  • A
  • A+

Sébastien Britton, Lauréat de la médaille de bronze du CNRS

Sébastien Britton reçoit la médaille de bronze du CNRS. Elle récompense le premier travail d'un chercheur, qui fait de lui un spécialiste de talent dans son domaine. Cette récompense représente un encouragement du CNRS à poursuivre des recherches bien engagées et déjà fécondes.

 

Les travaux de Sébastien Britton consistent à comprendre et cibler des mécanismes de réparation des Cassures Double-Brin (CDB) de l’ADN. Ainsi au cours d’un stage post-doctoral en 2013, il a développé dans l’équipe de Steve Jackson à Cambridge une approche permettant pour la première fois de visualiser par microscopie à haute et super-résolution l’accumulation au niveau des CDB des protéines de la voie majeure de réparation de ces dommages [1]. Recruté en 2015 par la section 28 du CNRS dans l’équipe de Patrick Calsou à l’Institut de Pharmacologie et de Biologie Structurale de Toulouse (IPBS), Sébastien a mis profit cette méthode pour élucider les mécanismes clefs déterminant comment une cassure est réparée par une voie de réparation plutôt qu’une autre [2].

 

sebastien_briton_02-L.jpg

Ces travaux ont également mis en lumière que les mécanismes de choix de la voie de réparation peuvent être ciblés par des petites molécules pour augmenter la sensibilité des cellules tumorales à certains agents anticancéreux [1,2]. En effet, en parallèle à ses recherches fondamentales sur la réponse aux dommages de l’ADN [3,4], Sébastien s’attache à découvrir de nouvelles molécules d’intérêt thérapeutique. Ainsi, en 2014, Sébastien a contribué à identifier la Remodelin, une petite molécule permettant de restaurer les défauts d’architecture nucléaire des cellules laminopathiques, et à découvrir son mode d’action [5]. Ces travaux ont reposé sur un criblage phénotypique adossé à l’utilisation de molécules cliquables comme outils pour l’imagerie et la chémoprotéomique. Ces deux approches, complétées par la génomique fonctionnelle sont à la base du projet "DrugDR" pour lequel Sébastien a reçu en 2017 un financement ANR Jeune Chercheur. L’approche développée dans ce projet, qui vise à identifier de nouvelles cibles thérapeutiques au sein des complexes de réparation de l’ADN, a aussi permis de comprendre le mode d’action de nouveaux composés anticancéreux, bio-inspirés ou extraits des éponges marines, dans le cadre d’une collaboration avec des chimistes des laboratoires LCC et SPCMIB à Toulouse (résultats non publiés).

[1] Britton S, Coates J, Jackson SP*. "A new method for high resolution imaging of Ku foci to decipher mechanisms of DNA double-strand break repair." Journal of Cell Biology (2013).  

[2] Chanut P†, Britton S†,*, Coates J, Jackson SP*, Calsou P*. "Coordinated nuclease activities antagonize Ku at single-ended DNA double-strand breaks." Nature communications (2016).  

[3] Yuan Y†, Britton S†, Delteil C, Coates J, Jackson SP, Barboule N, Frit P, Calsou P*. "Single-stranded DNA oligomers stimulate error-prone alternative repair of DNA double-strand breaks through hijacking Ku protein." Nucleic Acids Research (2015).  

[4] Britton S†, Dernoncourt E†, Delteil C, Froment C, Schiltz O, Salles B, Frit P*, Calsou P*. "DNA damage triggers SAF-A and RNA biogenesis factors exclusion from chromatin coupled to R-loops removal." Nucleic Acids Research (2014).  

[5] Larrieu D, Britton S, Demir M, Rodriguez R*, Jackson SP*. "Chemical inhibition of NAT10 reverses nuclear shape and other defects of laminopathic cells." Science (2014).

 

Plus d'informations