Aller au contenu principal

Un test sérodiagnostic simple, très peu cher et très performant pour la COVID-19

Un consortium international mené par des chercheurs de l’IPBS et de l'Université d'Oxford a développé un test sérologique extrêmement simple et peu coûteux pour la détection d’anticorps contre le virus SARS-CoV-2, responsable de la COVID-19. Avec une sensibilité supérieure à 90% et une spécificité de 99%, ce test présente des performances bien supérieures à celles de la plupart des tests commerciaux rapides, dont une majorité est basée sur des approches d’immuno-chromatographie. Ces travaux sont rapportés dans un manuscrit déposé dans MedRxiv et soumis à évaluation par les pairs avant publication.

 

La détection d'anticorps contre le virus SARS-CoV-2 est essentielle pour suivre la progression de la pandémie et explorer si la présence d'anticorps corrèle avec une protection contre la maladie COVID-19. Le test pourrait également permettre d'évaluer la présence d'anticorps après vaccination quand un vaccin sera disponible. Plusieurs tests commerciaux très performants ont été décrits, mais ils nécessitent des installations de laboratoire centralisées qui sont relativement coûteuses, et donc non disponibles universellement. 
Le test mis au point à l'initiative du Dr. Etienne Joly, chercheur à l'IPBS, en étroite collaboration avec le professeur Alain Townsend (FRS, Université d'Oxford, Royaume-Uni) est basé sur la méthode d’hémagglutination. Il a une sensibilité de 90% et une spécificité de 99% pour la détection des anticorps après une infection diagnostiquée par PCR.
Ce test est basé sur l'utilisation d'un réactif unique : une protéine recombinante résultant de la fusion d’un anticorps mono-chaîne (« nanobody ») contre une protéine, la glycophorine, à la surface de globules rouges et du domaine « RBD » de la protéine S du virus SARS-CoV-2.
Quand on mélange cette protéine à une dilution d'échantillon de sang total, ce réactif va « déguiser » les globules rouges en gros virus. Si des anticorps contre le virus sont présents dans le sang, cela va alors provoquer l’hémagglutination des globules rouges, qui pourra être détectée à l’œil nu après une à deux heures d’incubation.

Ce test ne nécessite aucun matériel spécifique et pourra être pratiqué n’importe où. Le seul réactif du test coûte moins d’un centime d’euro par test réalisé. A ce stade, les chercheurs ont fait produire un gramme du réactif, ce qui est suffisant pour réaliser plus de 10 millions de tests. Ils proposent de fournir gracieusement des échantillons lyophilisés de 1 mg (qsp 10 000 tests) à tous les laboratoires qui en feront la demande.

 

Accéder à la publication ...

 

 

Schéma présentant le principe du HAT (HaemAgglunitation Test). Le HAT est basé sur un réactif unique issu de la fusion d’un nanobody reconnaissant la glycophorine à la surface des hématies humaines et du domaine RBD de la protéine S du virus SARS-CoV-2. 

 


Cette protéine recombinante peut se lier à la surface des globules rouges par le domaine IH4 ; les globules rouges porteront alors le domaine RBD du virus à leur surface. Si le sang testé contient des anticorps dirigés contre ce domaine, cela résultera en l’agglutination des globules rouges, qui pourra être aisément détectée à l’œil nu, comme exemplifié dans la partie droite de la figure. Le test est réalisé dans des puits à fonds coniques. Après une heure d’incubation les globules rouges ont sédimenté et forment un bouton rouge au fond de tous les puits. La plaque est alors penchée à 80° pendant 30 secondes, et les globules rouges non hémagglutinés formeront une larme. En présence d’anticorps, les globules rouges agglutinés restent « en bouton » au fond du puit et ne formeront pas de larme. Pour chaque échantillon, un contrôle négatif réalisé sans le réactif IH4-RBD montre la formation de la larme (puits de droite).

 

Contact :

Chercheur : Etienne Joly | Etienne.Joly@ipbs.fr | 06 62 24 59 91
Presse : Françoise Viala | Communication@ipbs.fr | 06 01 26 52 59
 

©CDC/SCIENCE PHOTO LIBRARY